AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 25/03/2017


MessageSujet: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   Jeu 6 Avr - 9:16


C'était l'un de ces jours où Tommy avait ouvert les yeux après midi, avait avalé un reste de bière pour tout brunch et avait passé une heure en compagnie de la télé.
Vers deux heures de l'après-midi, le garçon décida de se bouger. Il cacha son caleçon sous un jean, enfila une chemise qui lui paraissait propre et se mit à chercher ses clefs.
Il n'avait rien à faire aujourd'hui, comme il n'avait rien eu à faire la veille et n'aurait rien à son programme le lendemain. Pas en pleine après-midi tout du moins. Pas en ce moment. Le jeune passa donc son manteau et alla faire un tour. Errer serait peut-être un terme plus juste, mais Tommy avait une vague idée d'où il voulait atterrir.

La vieille ville offrait les lieux les plus intéressants. Après tout, c'était le cœur de la cité ; normal. Le garçon connaissait bien le coin pour y traîner presque tous les jours, de jour comme de nuit, en semaine et le dimanche, qu'il y ait du monde où non. Il avait un pote au salon de tatouage, en retrouvait parfois d'autres près de la mairie, avait des clients qui fréquentaient le parc et l'église offrait paix et calme. C'est là que Tommy se rendait.

Comme la plupart des suédois, le jeune n'était pas croyant. Il se souvenait des messes de la Sainte Lucie auxquelles il était allé avec sa mère étant petit et il se rappelait y avoir chanté, comme tout le monde. Tommy chantait faux. Mais ça n'avait pas d'importance, et encore moins lorsque personne ne vous écoutait. Ce qui était le cas dans un église déserte.

Le dealer en herbe -sans mauvais jeu de mot- poussa la lourde porte de l'église. Comme la plupart du temps, l'intérieur était calme et vide. Tommy savait qu'il était probablement le seul visiteur de la journée et se sentit libre de faire ce que bon lui semblait. De toute façon, c'était ce qu'il avait prévu. Il monta donc une des volées d'escalier qui encadraient l'entrée principale, les mains dans les poches, en habitué.
A l'étage, surplombant l'espace central, trônait un orgue. Tommy tira le tabouret et prit place devant le double clavier. Il resta un instant ainsi, les bras ballants et le regard pointant vers nulle part. Puis il s'étira les doigts dans un craquement et sortit quelques notes de l'imposant instrument. Le son résonna dans toute l'église. Tommy essaya alors de jouer l'air principal du Fantôme de l'Opéra. Tiiiiin. Tin tin tintin.
Le résultat ne fut pas à la hauteur des espérances du jeune homme qui ne connaissait rien en musique, et encore moins en orgue. Mais c'était amusant de briser le silence du lieux de culte. C'était un peu comme un acte de vandalisme, de contestation ; l'expression d'une rage sans mots qui emporta rapidement le garçon : il se mit à pianoter, presque au hasard, créant une mélodie discordante mais néanmoins belle au fur et à mesure qu'il testait toutes les touches. Puis il changea sa partition improvisée pour un son plus long, plus grave, sur lequel il ajouta sa propre voix, criant à travers l'église vide les paroles irrévérencieuses d'une chanson punk des années 70.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Administrateur

Date d'inscription : 25/01/2015


MessageSujet: Re: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   Jeu 6 Avr - 10:13



"Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu."

La musique adoucit les moeurs. - Platon



BROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOM

Je sursaute à moitié dans la Sacristie. Bon sang, on aurait cru à l'appel d'un démon en rut. Sans bouger, j'attends la suite. Je ne me fais pas d'illusion, j'ai vite compris ce qu'il se passe, quelqu'un est arrivé à grimper les marches brinquebalante qui mène à l'auditorium. J'attends juste de voir s'il s'agit de l'organiste ou bien d'un curieux emprunt d'une mélodie particulière. Mon front se plisse quand j'entends les notes suivantes. Rien n'est mélodieux dans ce qui suit. L'air n'est pas vraiment reconnaissable. Je pose ce que j'avais dans les mains sur une petite tablette juste à côté de moi, laissant le diacre le ranger à sa place et plus silencieux qu'un chat, je sors de la Sacristie, longe la nef en suivant les travées, jusqu'à la narthex où, à mon tour, je grimpe les marches, évitant celles qui grincent, je tiens à rester le plus discret possible. Entre le départ de ma marche et l'arrivée à l'étage, le compositeur de cet étrange capharnaüm musical s'est essayé à une autre musique, plus imagée, moins catholique, terriblement outrancière, surtout ici, au sein même de cet édifice de pierre. Pourtant, l'orgue donne une illusion de sacré à ce morceau connu. Oh ne pensez pas que le domaine musical, quel qu'il soit me soit inconnu. J'ai déjà entendu cet air auparavant, mais en rien je ne me dépêche de l'interrompre, c'est presque comme si j'attendais de voir si le musicien va oser les passages les plus... croustillants. Tout en attendant la fin de cette mélodie, ou plutôt l'arrêt des doigts du jeune homme, j'allume une cigarette. C'est peut-être ça qui stoppe tout à coup le musicien, bien qu'à cet instant, je ne le regarde pas, trop occupé à ranger dans ma poche le briquet.

- Vous devriez jouer l'air principal sur le clavier de récit et l'accompagnement sur le clavier de positif, ça rendra la mélodie plus intéressante. Je dois ressembler au Fantôme de l'Opéra, à apparaitre comme ça, tout à coup. J'attends sagement, poliment et dans le silence qu'il se remette de sa surprise... ou non. C'est vrai que cela doit faire drole. Un prêtre avec une clope au bec, les cheveux un peu n'importe comment et mal rasé. A première vue, on ne doit pas y croire, mais je porte bien le col blanc sur ma chemise noire. Je dois avouer que je ne me souviens plus du titre de cette chanson. C'est à mon tour de le détailler, sans pour autant avoir un regard épieur. Je prends simplement en compte qui il est et ce qu'il fait ici. Mais n'étant pas d'un naturel trop sérieux, j'ajoute dans un large sourire amical. Bienvenue dans mon église. Je vous en prie, continuez si vous le désirez. Je ne voudrais vous interrompre.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://salemssnow.forumactif.org/

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 25/03/2017


MessageSujet: Re: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   Jeu 6 Avr - 11:05


Il aurait pu se prendre pour un grand compositeur, une star de la chanson ou que sais-je tellement Tommy mettait du cœur à gueuler les paroles outrancières qui, étrangement, le ramenaient plusieurs années auparavant, quand il vivait encore dans la banlieue de Stockholm. Il en avait même fermé les yeux un instant, emporté par la musique et les souvenirs, quand l'odeur d'une cigarette le fit revenir à la réalité.
La dernière note s'évanouit bien longtemps après que le garçon ait cessé de chanter, les mains désormais loin du clavier et dos à l'orgue. Tommy s'était retourné, sentant qu'il n'était plus seul et que ce n'était pas la présence divine qui était venue le rejoindre. Encore que.
Un homme se trouvait là, à fumer sa clope comme si de rien n'était, faisant preuve de presque autant d'irrespect que le chanteur improvisé. Ce-dernier dévisagea de son œil morne le nouvel arrivant qui lui offrit gracieusement quelques conseils musicaux en guise d'introduction.
Pour qui il se prend, songea Tommy, avec sa gueule de saut du lit ?
Pour toute réponse, le jeune homme haussa vaguement les épaules tout en fixant l'inconnu. Il n'avait rien à lui répliquer, même si ses leçons de musique il pouvait bien se les garder vu que Tommy ne connaissait rien dans ce domaine. Alors l'organiste amateur resta là, les bras de nouveau ballants, quand l'autre lui demanda à demi le titre de la chanson.
Tommy aurait voulu répondre du tac-o-tac, mais ça aurait été trop con : comment pouvait-on oublier un titre qui se répétait tout au long du texte ? "Accrochez Dieu". C'était bien pour causer et engager la conversation que l'inconnu avait dit ça, être amical. Tout comme le sourire qui apparut sur son visage en même temps que la bienvenue et l'invitation à poursuivre.
Tommy n'était pas du genre à capter l'humour de si bonne heure -du moins était-il tôt pour lui. Il prit alors la proposition comme elle venait et ne tarda pas à y répliquer d'un ton sans émotion :
"Nan, c'est bon, j'avais fini. Hé !, t'es êtes prêtre, c'est ça ?, dit-il après un temps en pointant son index vers le col blanc de l'inconnu. T'as pas du vin, un truc dans le genre ?"
En posant sa question, l’œil de Tommy était devenu vif, comme si il était désormais question d'un trésor ou de faire la fête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Administrateur

Date d'inscription : 25/01/2015


MessageSujet: Re: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   Jeu 6 Avr - 22:39



"Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu."

La musique adoucit les moeurs. - Platon



La seule première réaction que j'obtiens, est un regard morne et bovin. Je le laisse me détailler sans le moindre soucis. Il prends en compte mon visage, la cigarette coincée entre mes lèvres avant de fixer le col blanc. Pourtant, à aucun moment, il ne s'excuse de sa présence ici, d'avoir réveiller l'instrument ventripotent et d'avoir perturbé le silence religieux de l'endroit. Je ne porte aucun ombrage à sa volonté de vouloir réveiller les morts par la musique, ce n'est pas dans mes habitudes de chasser qui que ce soit de mon église. Je tente alors la conversation, la question habituelle et traditionnelle du titre de ce qu'il vient tant bien que mal d'interprêter. Mais là non plus, je n'obtiens point de réponse. Finalement, dans un relent qui ressemble plus à une éruction qu'à une décision volontaire de parler, il ouvre la bouche. Je garde mon sourire, car pour moi, cette rencontre aussi tardive qu'elle était dans la journée, est propice à la conversation. Et sa simple question suffit à y répondre avec tout l'entrain que je possède.

- En effet, je suis prêtre. Mais appelez-moi Zed, j'ai un nom à coucher dehors. Je garde le sourire. Doucement, je retire la cigarette de mes lèvres. Du vin? Bien entendu qu'il y a du vin de messe, le sang du Christ, mais... comme stipulé dans le nom, il n'est que pour la messe. Néanmoins, une telle réponse le ferait fuir. Après tout, c'est ça deuxième question. Du vin? C'est fort probable, mais pas dans l'auditorium. Je ne peux pas imaginer l'organiste avec un seul verre de vin. Pourtant, je ne bouge pas un iota de ma position. Ce n'est pas courant d'entrer dans une église et de se mettre aux claviers d'un orgue. Aviez-vous déjà fait cela auparavant? Un spectateur ou un curieux nous surprenant à l'instant, serait vraiment surpris, entre un prêtre fumant dans une église et un jeune homme endormi aux commandes d'un orgue. Allons, nous n'allons pas nous regarder en chiens de faïence plus longtemps. Venez, laissons le vieil instrument se rendormir.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://salemssnow.forumactif.org/

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 25/03/2017


MessageSujet: Re: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   Lun 24 Avr - 20:00


L’œil de Tommy s'était éclairé encore davantage lorsque le prêtre -Zed, comme il s'était présenté- avait répondu à l'affirmative quant au vin. Tommy n'était pas un grand fan de vin, mais c'était de l'alcool et c'était de l'alcool qui avait le plus de chance de se trouver dans cette église, comme il en avait donc eu la confirmation. Une bonne nouvelle, en somme.
Mais le prêtre, Zed donc -il fallait un temps au garçon pour se rappeler des prénoms-, ne semblait pas très enclin à servir un verre. Plutôt logique vu qu'il était prêtre, pas barman. Mais les prêtres étaient en général gentils, accueillants et tout et tout, non ? D'un autre côté, Tommy avait juste demandé si son interlocuteur avait de l'alcool, pas si il allait lui en offrir, bien que cette dernière question fut sous-entendue. Mais le jeune homme n'était pas du genre à réfléchir s'il sous-entendait des questions ou non. Ni à réfléchir tout court d'ailleurs, sauf lorsqu'il y avait un intérêt majeur. Ce qui n'était pas vraiment le cas ici.
Ceci dit, et outre le fait que Tommy commençait à perdre le fil sur la question de "est-ce qu'il allait finir par se retrouver avec un verre entre les mains ou non", le prêtre -Zed, ça va finir par rentrer- interrogea le garçon sur sa présence en ces lieux saints.
De nouveau, Tommy le regarda d'un œil redevenu morne, presque sans comprendre. Comment ça ce n'était pas courant d'entrer dans une église déserte au milieu de la journée, de s'installer devant le clavier de l'orgue et de pianoter quelques notes en gueulant des insanités ? Bon, Tommy reconnaissait volontiers que la dernière partie n'était en effet pas commune, mais il avait plusieurs amis qui faisaient souvent les premières -profiter de l'orgue d'une église vide- et cela n'avait jamais gêné personne. D'ailleurs, le nombre de vieux qui prenaient place ci ou là sur les bancs en bois d'une nef pour venir discuter de la pluie et du beau temps, il y en avait un paquet à travers tout le pays. Mais, après tout, il y avait bien de quoi s'étonner de la présence et du spectacle qu'avait donné le jeune homme. Celui-ci hocha de nouveau les épaules pour signifier que oui-non, il avait déjà fait ça auparavant. L'avait-il déjà fait ? Tommy aurait bien dit oui, sans toutefois pouvoir se rappeler d'une seule fois.
Il se leva. Le prêtre -Zed, c'était ça ?- l'avait invité à bouger, sans doute pour redescendre dans la nef et laisser donc l'orgue reposer en paix. Tommy allait le suivre. N'avait-il pas été question de vin auparavant ? Peut-être que le prêtre -c'était quoi son nom déjà ? Tommy avait du mal à penser à deux sujets en même temps. Il se concentra sur le principal- allait finalement lui en donner. Le garçon se montra donc sympa envers son interlocuteur et engagea un peu plus avant la conversation :
"Pas beaucoup de fidèles aujourd'hui, hein ? Ça te fait plus de temps pour toi. Pour lire la Bible ou..." Tommy n'avait aucune idée de ce qu'un prêtre pouvait bien faire en dehors des messes. Traîner sur Facebook sans doute, comme tout le monde. Est-ce que Zed avait un compte Insta ? Tommy non ; il ne possédait qu'un compte Facebook sur lequel il se connectait rarement. Quoi qu'il en fut, Tommy ne termina pas sa phrase. Peu importait, il voulait juste essayer d'être sympa, comme un chiot faisant un tour pour avoir en retour un jouet qui couine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Administrateur

Date d'inscription : 25/01/2015


MessageSujet: Re: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   Mar 25 Avr - 13:37



"Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu."

La musique adoucit les moeurs. - Platon



La vision peut paraitre surréaliste, je sais. C'est pour ça que je lui laisse tout le temps nécessaire pour qu'il voit que je ne suis aucunement une apparition de son esprit... troublé. Oh oui, il faut être un peu troublé pour entrer dans une église déserte, se mettre à l'orgue et brailler des chansons... paillardes. Alors peut-être que la vision d'un prêtre avec une clope au bec est un peu de trop, pourtant, pour rien au monde je ne retire le baton de nicotine de ma bouche, uniquement pour cracher la fumée et aspirer une certaine dose d'air nécessaire à la survie de mes pauvres poumons. Mais son oeil reste morne, bovin, les épaules voutées, ruminant, le tout prostré. Pourtant, il se lève tout de même, visiblement dans un élan de vouloir me suivre.

"Pas beaucoup de fidèles aujourd'hui, hein ? Ça te fais plus de temps pour toi. Pour lire la Bible ou..."

Je souris, en coin, pompant sur la clope alors que je redescends les escaliers tortueux et grimaçant sous nos poids conjugués. Il n'y a vraiment personne dans la nef et je marche, tranquillement, une main dans le dos, une autre pendante au bout du bras et qui de temps en temps remonte pour chasser la cigarette de mes lèvres, elle disparait lentement à force d'être consumée et ce n'est que lorsqu'elle a diminué, au point de n'être plus que le filtre que je l'écrase contre une colonne avant de la ranger dans ma poche. Je suis peut-être un prêtre étrange, je respecte tout de même la nature. Je passe une main rapide pour chasser la cendre accrochée à la pierre, voilà, toute trace de mon passage à disparu.

- Non, il est vrai. La société moderne a fait de l'église un lieu abandonné. Alors qu'avant terre d'exil... maintenant les éxilés choisissent des lieux plus médiocres, les bars, les stades, les hôtels... Mais jamais les églises. Je suis très flatté de votre présence ici. Je continue de le vouvoyer, après tout, je reste dans mon role au sein de cette église. A l'extérieur, quand je ne suis plus que moi-même et que je ne porte plus le col blanc, je peux me permettre de tutoyer, mais pas en cet instant. Déjà, je n'aurai pas dû allumer cette cigarette, pourtant, quelque chose m'a poussé à le faire et je me laisse souvent porté par cet instinct. Mes deux mains libres désormais, elles se retrouvent, l'une dans l'autre, dans mon dos. Cela me laisse plus de temps pour... étudier la question divine. La Bible, je la connaissais déjà par coeur. Je reviens sur la question de l'orgue, pourtant, évitant soigneusement le sujet du vin de messe. Vous devriez venir plus souvent ici. Le pauvre orgue s'empatte dans les chants divins et sacrés. Une bonne mélodie pétillante fait toujours son effet. Vous êtes doué.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://salemssnow.forumactif.org/

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 25/03/2017


MessageSujet: Re: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   Ven 12 Mai - 10:08


Ils étaient maintenant dans la nef qu'ils avaient surplombé peu de temps auparavant en compagnie du vieil orgue. Le prêtre avait terminé sa cigarette et Tommy l'avait suivi et écouté à la manière d'une ombre : présente et absente à la fois.
La réponse de l'homme d'église procura cependant à Tommy matière à réflexion. Certes, les gens désertaient les lieux de culte, pour faire autre chose que le jeune homme lui-même jugeait plus intéressant, mais de là à qualifier les autres lieux de "médiocres"... Non, Tommy n'était pas d'accord sur ce point : dans un bar il y avait de la musique, des gens à rencontrer, des choses à boire, des jeux à faire, des leçons de vie à apprendre et partager. Dans une église il y avait... pareil en fait, mais en différent. Et ce n'était donc pas du tout la même chose ! De son point de vue de vingtenaire et des poussières, les églises étaient les lieux de seconde classe : la preuve, personne n'y venait. Pour le coup, Tommy comprenait que sa présence puisse honorer son interlocuteur !
La "question divine", Tommy était curieux de savoir ce que ça pouvait bien être, mais le prêtre continua sur une invitation à venir plus souvent rendre visite à l'orgue tout en complimentant le jeune homme sur ses talents musicaux.
"Ahyé.. merci", répondit un Tommy un poil gêné de cette appréciation pour une prestation qu'il avait jugé bien moyenne. Mais il avait appris que remercier simplement après un compliment était la meilleure des réponses, plutôt que de dire "nan, je ne suis pas si doué, blablabla". Mais il n'était vraiment pas si doué.
"J'ai suivi deux-trois cours, expliqua-t-il avec un haussement d'épaules en repensant aux rapides cours de solfège auxquels il avaient participé étant gamin et à l'apprentissage "à l'oreille" pour toute méthode. Tu connais Asta Kask ?"
Les yeux, le corps et l'attitude du garçon se réveillèrent de nouveau avec cette question, comme si un courant électrique lui passait à travers pour le ramener à un état vivant. La question n'avait que moyennement de rapport avec le reste -bien qu'il s'agissait du même sujet : la musique-, mais le cheminement de l'un à l'autre était très clair dans la tête de Tommy. Et seulement dans sa tête. La plupart des gens étaient généralement surpris par une question sortant presque de nulle part et le soudain élan du garçon.
"Ça c'est de la bonne musique !", ajouta-t-il avec un air approbateur sans ce soucier que le prêtre n'était peut-être pas très branché punk. Mais, après tout, ce dernier avait apprécié le morceau à l'orgue, alors...
Tommy laissa passer un temps, même après que son interlocuteur ait réagi, pour demander avec un soupçon de panique ce qui lui sauta soudainement à l'esprit -en plus du fait qu'il ne s'était pas présenté en retour lorsque le prêtre était venu le saluer : "Au fait, je dois me confesser ou un truc du genre ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Accroche-moi comme tu as accroché ton dieu [Zed & Tommy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dieu a dit "Que la lumière soit!" Et la lumière fut. Mais comme je ne suis pas Dieu, il fait toujours noir dans ma chambre
» Barrow ∞ Mon coeur s’est accroché au tien, comme une merde au cul d’un chien. (DELAI)
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Salem's Snow :: Salem :: Le Vieux Salem :: Eglise-