AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 everywhere triggers (flynn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 27/01/2017


MessageSujet: everywhere triggers (flynn)   Mar 21 Fév - 16:53



everywhere triggers,

C'était un de ces jours où Nora ne se sentait pas à sa place, un de ces jours où le gris délavé bouffait toutes les miettes de lumières qui pouvaient éclairer son chemin. Elle pouvait presque sentir son squelette craquer sous la pression de ces lourdes émotions qui la tiraillaient. Le pessimisme l'enrobait, faisant disparaître la volonté d'avancer et créant, au creux de son ventre, une armée de monstres face auxquels elle avait décidé d'abandonner. Le noir avait recouvert le ciel, laissant place à la nuit, à son froid et à la solitude. Elle avait tenté d'écrire mais aucun mot ne lui venait, tout était dans le désordre et rien ne sonnait comme elle le voulait. Dans sa grande maison isolée, elle a tourné en rond, entreprenant un long combat avec l'anxiété qui suintait à l'intérieur de chaque muscle la composant. Entre deux sanglots étouffés, Nora s'enfonçait dans les eaux troubles de sa démence. Seule, dans l'obscurité totale de sa demeure. Ses tentatives de fuite n'avaient pas porté leurs fruits. La peine est tout ce qu'elle pouvait ressentir, l'immense plaine de sa douleur. Le monde n'avait plus aucune importance, l'univers n'était plus que poussière et l'injustice la mitraillait en pleine poitrine. L'idée de mettre un pas à l'extérieur soulevait son estomac mais elle s'y est tout de même résolue car elle n'avait plus d'alcool chez elle.

Tout au long du trajet, son regard escaladait le vide. C'est à peine si elle était concentrée sur la route. Inconsciemment, elle provoquait le destin, cherchait à titiller la mort avec une arrogance dont elle seule avait le secret. Á cet instant, elle ne parvenait plus à croire qu'un jour, elle pourrait vivre sereinement avec elle-même. Nora ne se tolérait plus. Vivre avec elle-même lui donnait l'impression de devenir complètement cinglée et le plus triste dans tout cela est sans doute qu'elle était la seule à s'entendre hurler. Ses apparences pouvaient tromper n'importe qui. Sa petite taille, sa peau pâle et l'azur de son regard n'indiquaient qu'un calme étrange, peut-être teinté de secrets intrigants mais pas malades, pas malsains. Nora avait des airs de femme bien rangée. Ses vêtements étaient de qualité et elle était loin d'être négligée. Pourtant elle avait la sensation que son âme était pourrissante. Dans sa chair, elle se sentait étouffée, prise d'une crise de claustrophobie hallucinante. Et le seul désir qu'elle ressentait était celui de boire jusqu'à ne plus savoir son propre nom. Il fallait qu'elle s'oublie à tout prix, qu'elle vomisse l'horreur qui se trimballait dans sa boîte crânienne le temps de quelques heures.

Se débattre contre ses mauvaises habitudes devenait pour elle de plus en plus dérisoire. Elle se sentait trop épuisée pour combattre ses démons. Nora respirait à peine, tant la tristesse lui écrasait les poumons et elle était seule. Tellement seule que l'autodestruction incarnait la lumière au bout du tunnel, la solution à tous ces maux qu'elle se démène à dissimuler. Elle ne veut pas perdre la face devant ses proches. Comme les oiseaux, elle aimerait se cacher pour mourir. Dans sa voiture, la musique est muette. Il n'y a que le silence brûlant. Il n'y a que les voix incessantes de son esprit qui s'amusent à la meurtrir. Et cela la fit accélérer la vitesse à laquelle elle roulait. Nora avait conduit jusqu'au nord et s'était garée à quelques mètres d'un bar qu'elle avait pris l'habitude de fréquenter en ces jours étranges. Elle ne pouvait pas se considérer comme une habituée mais était venue suffisamment de fois pour au moins avoir l'étiquette de passante. Bien qu'elle aurait pu s'échouer dans n'importe quel autre bar de la ville, c'est ici que Nora a décidé de s'effacer pour la nuit. Les raisons lui échappent et ne lui effleurent même pas l'esprit.

L'égo ténébreux de l'écrivaine est plus séduisant que n'importe quelle explication logique et elle n'est pas en état de flirter avec de pareilles futilités. L'aura de ce bar correspond bien à la couleur de ses malaises. C'est sans doute la noirceur visible du lieu qui l'attire, contrairement à la lumière des autres bars. La froideur des néons lui convient et l'alcool transformera bientôt le reste en merveilles irréelles. Le son rythmé de ses talons contre le bitume accompagnait l'atrophie de ses battements de cœur. Le corps de la jeune femme était tendu, presque figé tant le stress avait épousé sa colonne vertébrale. Lorsqu'elle est entrée à l'intérieur du bâtiment, la chaleur faisait miroiter l'illusion d'une délivrance agréable. Quelques personnes étaient présentes mais elle ne portait pas vraiment attention à leurs visages. Elle s'est assisse à la fin du comptoir, ne prenant pas la peine de saluer qui que ce soit d'autre que le gérant. Elle ne savait pas vraiment s'il se souviendrait d'elle. D'un côté, cela l'arrangerait. « Bonsoir. Je pourrais avoir un whisky ? » Nora, trop perdue dans ses pensées, ne le regardait pas réellement. Elle n'était attentive à rien d'autre qu'à son envie de perdre conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

everywhere triggers (flynn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Normand Flynn
» 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.'
» Flynn Rider cavalier de Waterloo
» Sennar Walsh Cavalier d'Hazufel ; Arthur Cavalier de Kita ; Flynn Rider Cavalier de Waterloo
» Flynn Bennett - Asa Butterfield

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Salem's Snow :: Salem :: Tuna :: The Mordant Liquor of Tears-