AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Betting on future

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 07/06/2016


MessageSujet: Betting on future   Lun 3 Oct - 19:43

Je sors de ma poche ma petite fiole de liqueur, l’ouvre rapidement et avale une gorgée, avant de la refermer et la ranger tout aussi sec à sa place, dans ma poche intérieur de veste. Sans ma petite fiole de rhum-cannelle je ne peux pas commencer une mission, c’est aussi simple que ça. Pour certain c’est un carré de chocolat, pour d’autre embrasser leur symbole de croyance autour de leur cou… pour moi c’est une petite gorgée de rhum-cannelle. Conformément aux ordres de mon Parrain, le secrétaire délégué sensé préparer les élections municipales, Mr.Lindskog, n’est plus de ce monde. Au journal, il a été retrouvé pendu dans sa chambre, suite à un mois de profonde dépression. La vérité est un harcèlement complet et anonyme avec prise en chantage de tous ses plus sombres secrets, puis une venue de La Vipère en tenue de travail chez lui en personne, qui l’a obligé à se pendre après avoir lui-même acheté la corde. J’ai effacé les moindres preuves, la police n’y a vu que du feu. Mais mon travail n’est pas terminé, je ne peux me présenter devant Kinsky sans avoir assassiné la proie la plus importante : Mr. Bergum. Et si je suis dans ses rues à bar et à jeux, c’est parce que quelqu’un ici connait ce petit traitre à la presque perfection. Bien sûre qu’il ne crachera pas le morceau à qui que se soit… mais j’ai pas été engagé pour mes talents de peinture.

Je suis en tenue de travail, soit pas un gramme de peau découvert et impossibilité de deviner ma morphologie grâce aux vêtements amples. Aussi, j’ai pu me payer le luxe d’un modificateur vocal grâce à mon nouveau salaire. Avant, je devais modifier ma voix à l’aide de moyens du bord, archaïque mais plutôt efficace. C’est que je tiens à l’anonymat de ma personne, mais pas de mon personnage. Je suis dans les places non fréquentées des personnes saines d’esprit, au lieu de rendez-vous. J’avais pourtant bien précisé qu’il devait venir seul l’informateur, mais apparemment il a quand même emmené sa petite bande, et ne s’en cache pas. J’avance jusqu’à eux d’un pas simple et reste face à lui silencieuse. Je le laisserai parler en premier.


- alors comme ça tu es le serpent qui traine dans les rues depuis quelques temps, hein ?
- oui.
- Et que me veux-tu ?
- Des informations sur ton grand supérieur… Bergum. C’est un mauvais joueur qui doit payer ses comptes.
- Il n’a jamais fait appelle à toi, pourtant.
- Je n’ai pas besoin de cela pour vouloir régler ses comptes. Je suis prêt à verser l’argent qu’il faut pour te convaincre… ou le sang.
- c’est une menace ?

Les petits chiens qui l’accompagnent serrent les dents, sortent leurs armes s’ils en ont, se font menaçant. Je ne bouge pas d’un cheveu. Il n’était pas rassuré de faire affaire avec moi seul à seul, une preuve que la réputation grandit. Je sourie, bien qu’il ne puisse rien voir.


- Prends ça comme tu veux, Jonathan. Tout ce que je désire, c’est savoir tout ce que tu peux m’apporter comme information sur ce mauvais joueur qu’est ton supérieur.
- Aucune chance. Aller dégage, trouve toi un pigeon qui ne sera pas moi.
- Je ne partirai pas sans ce que je cherche.
- alors allez-y les gars.

Il l’aura voulu. Tout aurai bien pu se passer, je vais être obligé de me battre, ils commencent déjà à m’encercler…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Membre adoré

Date d'inscription : 22/12/2015


MessageSujet: Re: Betting on future   Mar 4 Oct - 21:20

Le service nocturne allait reprendre à présent. Et Flynn n'avait strictement aucune volonté ce soir. Flemme de reprendre après quelqu'un d'autre, en sachant pertinemment qu'il allait devoir supporter les alcooliques de type très lourds, et peut-être toute la nuit. Cette perspective lui fit échapper un soupir interminable. Qu'est-ce qui le retenait dans ce patelin ? Le business infructueux de Snow parce que tous les dealers indépendants se faisaient concurrence, sans compter les filières plus grosses de la ville qui elles, leur faisaient carrément de l'ombre. Dur de subsister là-dedans, mais le norvégien savait comment tirer son épingle du jeu. Comme à chaque fois qu'il rencontrait un problème d'ailleurs. Ses yeux parés de couleur peu communes regardaient dans le vide, mais instinctivement, en percevant des mouvements dans l'obscurité, sa tête pivota en direction d'une ruelle à peine éclairée par les réverbères de la rue principale. L'air évaporé, il se stoppa là, les mains dans les poches, observant dans le faible halo lumineux les silhouettes qu'il pouvait distinguer. Un type contre … Une petite bande. Manifestement armée. Cette situation manqua d'étirer ses lèvres en un sourire mauvais. Peu à peu en écoutant la discussion, c'est pourtant bien ce qui se produisit. Ces personnes traitaient de choses privées dans un lieu public. Des comptes à régler ? Tant mieux, tant mieux. Nan, il appellerait pas les flics, il profiterait de ce petit instant opportun. Là, c'était de l'argent facile que de parier contre la personne face au groupe. Cette dernière n'avait pas vraiment de chances de s'en tirer indemne, sauf miracle quelconque, auquel Flynn ne s'attendait pas de toute manière. En plus, un petit attroupement commençait à se former en cercle autour d'eux, mêlant civils avides d'en savoir plus, et autres individus ne venant ici voir que le pugilat.. Pour le peu d'animation qu'il y avait en ville, celle-ci ne ferait pas de mal ! .. Quoi qu'elle serait peut-être un peu douloureuses pour les concernés.
Dans la foule, la voix de Flynn se démarqua une première fois :


« Et allez ! Les paris sont ouverts ! … Deux cent couronnes sur les malabars ! 
- La même mise sur le maigrichon ! »

Un ricanement échappa au norvégien, dont le regard se reporta sur le duel. Il est vrai que le gars qui tenait tête aux autres n'avait pas l'air bien épais … C'est bien pour ça que le duel étant inégal, Flynn avait parié, sans mettre trop d'argent. Et bienheureusement pour lui, il avait trouvé un adversaire, un mec aussi étrange que lui pour parier, sinon il aurait eu l'air fin, comme ça. Faut dire que, pas des masses de gens s'adonnaient à ce genre de pratiques jugées un peu trop sévèrement par la plupart de la populace à Salem. Tss...
Enfin pas bien grave. Tout ce qu'il attendait, c'était que ça commence et que ça se termine vite, pour recevoir un petit gain à l'issue de cet échange de coups de poing. Parce qu'effectivement, il était loin de se douter que le nabot habillé en fringues amples, était en vérité une femme. Qui plus est, une tueuse à gage. Mais ça ne le refroidirait sûrement pas pour autant, une fois qu'il le saurait. Enfin fallait-il encore qu'il l'apprenne …
En attendant, le norvégien qui s'impatientait, lança une énième petite intervention sympathique à l'intention des combattants, cette fois-ci.


« Bon allez, battez-vous, j'ai pas toute la soirée, alors si vous vous éclatez rapidement, j'paye un coup à boire aux gagnants ! »

Ce qu'il venait de dire ne donnait pas vraiment d'indice sur son opinion biaisée. Après tout oralement, « aux gagnants », cela sonnait exactement comme « au gagnant ».
Là-dessus, il redevint silencieux, attentif à la suite, tandis que la foule faisant office d'arène échangeaient des murmures ici et là. Flynn était curieux de voir si le plus vulnérable se ferait avoir de la plus lamentable des manières … Ou si il s'agissait d'un petit rusé. Vu son accoutrement, il était probable qu'il réserve des surprises, mais Flynn ne plaçait plus trop d'espoir en la criminalité récente. Il ne se faisait plus d'illusions à vrai dire sur grand chose et pas uniquement dans ce domaine-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 07/06/2016


MessageSujet: Re: Betting on future   Mer 5 Oct - 20:17

Des gens commence à venir, attirés par le remue ménage. Ça ne m’étonne pas, pour eux une bagarre est sûrement une habitude voir même un divertissement. C'est qu'il doit pas se passer beaucoup de choses palpitantes dans le coin, alors quelques morts dans un spectacle... Une chose me surprends cependant, l’annonce d’un parie par un type dans mon dos. Je ne bouge pas, prête à dégainer mon arme, ils doivent attaquer en premier. D’abord Kinsky qui pour m’engager m’a fait combattre un taureau humain, maintenant ici dans la rue alors que je fais mon job, décidément je suis sujet à pas mal de paries depuis quelques semaines. Un homme cris pour accepter l’annonce, et m’appelle « maigrichon ». Et ben observe la frêle personne foutre la patté aux 6 merdeux qui ont choisis leur jour pour me foutre en colère.

- Bon allez, battez-vous, j’ai pas toute la soirée ! ; je soupire et roule des yeux. Mais bon personne ne vois avec les lunettes couvrant le haut de mon visage ; Alors si vous vous éclatez rapidement, j’paye un coup à boire aux gagnants !

C’est la même voix qui a lancé les paris et qui avait misé sur la petite troupe. Cette fois-ci je regarde qui parle. Un gars au visage très… originial ? … attire mon regard tout de suite. Et ben , il a une sacré dégaine le gus. Je sais qu’il parle d’eux en disant « gagnant ». En tout cas, ça a donné de l’énergie aux gus qui commencent à avancer, l’un fonce sur moi, dans mon dos. Tellement prévisible… Je pivote de côté, me penchant sur la foulée, et alors qu’il s’apprête à me mettre une patate sur le crâne je lui explose le genou le plus proche d’une clé à la jambe. Il tombe directement par terre, déséquilibré. Je me redresse sans attendre pour ajouter un coup de talon dans son dos, dans le but de le décourager à se relever. Mais à la place, malgré la douleur évidente qu’il doit ressentir, il m’attrape par le pied, tandis que deux de ses potes accourent. Je vois, pourquoi pas. Je sors ma dague 18cm et mon revolver à plombs. Je vise l’un, qui ne bouge plus et plante mon arme dans celui au sol, je prends pas la peine de viser un endroit précis, juste quelque part sur le bras, puis la retire et la lance dans l’autre qui est assez proche pour que je ne le loupe pas. Il tombe, hors-service, au sol. Du sang coule de son torce. Un mort, un blessé, un en joue. Plus que trois valide. Mais j’ai plus ma dague et ils vont vite voir que c’est pas des balles que j’ai dans mon arme à feu si je commence à tirer. Je prends une grande inspiration et prends l’offensive.

- je mise trois cent couronnes sur le masqué ! ; enchérit un inconnu.

C’est à peine si je l’écoute. Rapide, agile, expérimenté, je m’avance assez près pour coller l’embout de l’arme contre le front du type paralysé et tire. Le plomb, tiré à bout portant, ça transperce très bien la boite crânienne. C’est dans un cri de goret qu’on abat qu’il tombe au sol, se tenant frénétiquement le front. Il mourra dans quelques minutes, sans aucune chance qu’on le sauve, et dans une atroce souffrance. Le gars au sol c’était relevé entre temps, la lame quand à elle a disparu de son bras ensanglanté, entouré par les deux gars restant. Reste le grand parleur, Jonathan, qui c’est un peu écarté. C’est lui qui a ma dague. Je le pointe du doigt.

- Lâche ça gentiment, tu pourrais te faire mal ; je hausse les épaules, les cris du mourant se sont stoppés. Deux cadavres, un blessé ; tu savais pourtant que même accompagné tu ne ferais pas le poids… Je te laisse une dernière chance. Cessons ce combat inutile, allons en privé, et raconte-moi tout ce qu-…
- mais FERME-LA ! ; il me coupe la parole, énervé. Il est tendu, angoissé comme pas possible. Ce n’est pas un combattant, juste un bon marchandeur ; j’dirai RIEN ! Alors Meurt, putain !

Il ne bouge pas, la troupe restante aussi est prête à en découdre. Tant pis, s’ils ne coopèrent pas, c’est qu’ils n’ont aucune importance dans mon enquête sur ma cible. Je marche en sa direction, calme, assurée. Lui tremble un peu au niveau des mains. Je veux qu’il craque et fonce sur moi, dommage ce sont les deux chiens encore valides qui prennent en main la chose. Je peux au moins leur accorder qu’ils n’ont pas froid aux yeux contrairement à celui censé être le leader de leur groupe. Sûrement des gardes du corps ou quelque chose comme ça. Je pivote pour pouvoir les garder dans mon champs de vision, tout en m’adressant à la foule, ou plutôt au coin de la foule où le mec au look original qui a lancé les paries est positionné.

- Ma boisson est prête?

Je cherche d'une part à faire comprendre que seul ne veux pas dire fichu, d'autre part à les provoquer, ses petits survivants, et ça fonctionne. L’adrénaline du combat, la tension de la grande gueule, ma pique… oui, les voilà qui sont déterminés à m’égorger. Je suis prête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Membre adoré

Date d'inscription : 22/12/2015


MessageSujet: Re: Betting on future   Mer 26 Oct - 21:00

Un rictus mauvais sur les lèvres, Flynn les observe se taper dessus, d'un regard presque profondément désintéressé. Adossé au mur le plus proche du combat, sans vraiment craindre un coup perdu, il attendait que tout s'achève au plus vite. Il aurait pu se tenir au milieu de l'échange de coup de poings que ça ne lui aurait fait ni chaud ni froid, d'être entre les os qui se brisent et les lames qui se plantent dans la chair. Son visage en disait long là-dessus. Puis tranquillement, il tira de sa veste un briquet tempête pour allumer la clope qu'il porta à ses lèvres. Depuis que Diana avait quitté Salem, il avait replongé dans le tabac. Et pas que là-dedans. En fait, ce départ avait annihilé le restant de bonté en lui. Enfin pour en revenir à la baston, Flynn était plutôt déçu de voir que l'issue du pari ne serait pas en sa faveur. Il exécuta alors une moue déconcertée, sous le spectacle de la défaite pitoyable des malabars contre le maigrichon. Ils se faisaient littéralement laminer. Un soupir échappa au Norvégien, après que l'individu masqué en ait terminé avec deux d'entre eux. Il ne s'attendait pas à sa mais ça n'avait pas l'air de le déranger plus que cela. La mort des types ne l'affectait pas vraiment. Ou moins que la perte de ses couronnes, en tout cas. Dans la foule, la peur commença à s'installer, certains villageois prenaient la fuite, alors que d'autres restaient : Mais cette dernière s'étiolait, et il ne restait plus que quelques personnes, soit les parieurs pour assister au restant du meurtre … Et encore.
Quant à lui, Flynn s'avança vers le cadavre avec le crâne plombé, s'accroupissant à côté de la tête du type. Il avait la bouche entrouverte, et se servir de cette dernière comme cendrier était tentant. Tout comme d'écraser sa clope encore brûlante sur le front de ce dernier … Mais c'était là, la victime d'un meurtre. Et il ne se rendrait pas coupable pour quelqu'un d'autre, juste pour avoir cédé à une envie momentanée. Il s'abstint donc, fixant d'un air absent le cadavre à côté duquel il se tenait, dans l'indifférence la plus totale. Flynn était contrarié. Contrarié d'avoir perdu. Et il détestait ça. Mais il s'arrangerait pour faire taire son côté mauvais joueur cette fois. Ou il essaierait.

Cependant, un sourire en coin s'étira sur ses lèvres, lorsque le solitaire s'approcha pour lui réclamer sa boisson. Le Norvégien ricana même pendant un instant, observant les adversaires encore debout, tétanisés par l'encapuchonné. Étrange. En tout cas, lui, ça l'amusait. Ici, le ridicule punissait. Ils en étaient et seraient la preuve, à la fin de la confrontation. Il savait bien que le tueur ne laisserait derrière lui aucun d'entre eux. Peut-être même qu'ensuite, ce serait à Flynn d'y passer. Quoi que... Peut-être que la personne derrière le masque aurait compris qu'il était probablement aussi détraqué qu'elle, pour ne pas avoir prévenu les flics, ou avoir eu une réaction négative, en tout cas autre que de l'amusement. Peut-être.


« Tu as de l'audace. Bien joué. Mais j'attends toujours que le reste du boulot soit achevé, pour que tu obtiennes ta récompense. C'est comme ça que ça fonctionne, non ? »

Rétorqua t-il, sur un ton plaisantin tout adressant un regard au prétendu vainqueur.
« C'est bien comme ça que ça doit fonctionner, dans ton milieu, non ? » C'est plutôt ce qu'il sous-entendait par là. Flynn avait perçu un détail plutôt crucial, concernant le maigrichon. C'est que ses mouvements étaient fluides, vifs, et précis. Trop pour que ce soit un gamin ou justement, un maigrichon lambda. Quelqu'un se cachait derrière ce masque. De toute façon, un tel accoutrement n'était pas ou peu ordinaire. Et il venait clairement de sous-entendre que le « type frêle » était un tueur à gages, de la façon la plus légère qui soit, ou tout au moins qu'il l'avait saisi. Ce ne serait probablement pas la seule chose qu'il insinuerait durant la soirée, et ce n'était d'ailleurs pas méchant, ce qui expliquait pourquoi il ne craignait aucun retour de flammes. Même si ces individus n'avaient pas vraiment de code à respecter, et qu'il pourrait bien subir le même sort que les autres. Ca ne l'effrayait pas. Ca lui semblait même égal. Et puis, il serait nettement moins incapable qu'eux, pour ce qui est de la défense quand même.. En tout cas, sans pour autant se relever, il jeta un bref coup d'oeil aux trois autres inutiles restants. Au moins, cet anonyme rendrait son patron heureux … Et il ferait très certainement quelques veuves ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Membre adoré

Date d'inscription : 07/06/2016


MessageSujet: Re: Betting on future   Ven 28 Oct - 15:16

Je suis prête à en découdre et je sais que je vais vaincre cette bande d’amateur en deux coups de cuillère à pot. Le lanceur du parie, je lui avais bien fais comprendre ça, mais il sait répondre.

Tu as de l'audace. Bien joué. Mais j'attends toujours que le reste du boulot soit achevé, pour que tu obtiennes ta récompense. C'est comme ça que ça fonctionne, non ?
- Oui, tu as parfaitement raison. D'ailleurs si tu permets, j'ai à terminer avec ses messieurs...

Je souris derrière mon masque et me concentre sur mon combat. Des gens fuient, d’autres appellent surement la police, et pour ceux qui restent c’est soit la fascination de la mort soit le « j’en ai rien à foutre ». Pour ce type, je le classe dans la dernière catégorie. Il n’a rien dans le regard, pas la moindre once d’émotion, et traine à côté des cadavres comme à côté de fleures. Un sinistre personnage qui se fou des massacres. J’aime bien ça. Bien vite un corps se trouve face à moi, je lui assène un coup de pied dans l’abdomen et il recule sous le choc. Son ami en profite pour asséner un violent coup de bat dans le crâne. Je me tiens la tête sous le coup de la douleur et le premier assaillant en profite pour me mettre à terre et me maintenir plaquer. C’est là que je ne fais pas l’erreur de me débattre. Il ne doit pas pouvoir mesurer ma force, pas tout de suite. Ce cher et lâche Leader de ce petit groupe de merdeux approche avec ma lame. Il a cessé de trembler.

- tuer La Vipère… On va se recevoir une belle récompense les gars…

Ils ricanent et dans la foule qui reste ça devient très tendu, les murmures se propagent. Je ne panique pas le moins du monde. La lame plonge vers ma jugulaire, alors que je suis sur le dos. Je reste calme et fixe la pointe de la lame. Maintenant. Je contracte la totalité de mes muscles et bascule sur le côté, entrainant mon aplatisseur avec moi, et je me retrouve au-dessus. Je saute ensuite en direction de l’abrutit de service et récupère mon arme. Il me fou une droite, j’encaisse le coup et lui plante la dague quelque part dans le thorax, je retire la dague et cette fois-ci vise la zone du cœur.

-Alors, Jonathan, toujours aussi brave… ; je retire la lame et lui flanque un crochet du droit dans la tempe ; repose-toi bien en enfer ; je me tourne en direction des deux restant, qui semble avoir un peu perdu de leur témérité ; Vous auriez du reculer tant que vous le pouviez… adieu.

Je fonce sur eux, qui se mettent en position de défense. Ma  lame coupe la chaire qui lui passe dessus et mes coups sont précis et rapide. Certes, je me prends quelques peigne moi aussi, et les poings américain dans le bide ça fait pas du bien, mais je ne recule devant aucun assaut. C’est fou ce qu’on peut ce sentir vivant dans ses moments là, pouvoir tenir au creux de sa main la vie de quelqu’un d’autres et y mettre fin par pure envie. Je m’amuse avec eux, littéralement. Bientôt ne reste que leur cadavre gisant sur le sol. Je m’étire doucement. Et flute, j’vais avoir du mal à laver mon habit de travail moi… heureusement que Kinsky sait y faire avec les taches de sang et de chaire. J’en vois un en train de vomir ses tripes dans un coin… ça lui a pas plus le coup des entrailles en nœud d’étranglement apparemment. Moui, un peu trash je l’avoue. D’un pas assurée, plutôt essoufflée de m’être battue, je me dirige vers cet homme qui semble avoir un sang-froid à toute épreuve.

- Maintenant que le boulot est achevé, je suppose que tu peux respecter ta pars du contrat, n’est-ce pas ? ; je hausse les épaules ; j’adore les mojito avec un rhum bien fort.

Il faudra aussi que je trouve un endroit où me changer. D’ailleurs sa tête me dit quelque chose… J’ai déjà vu sa photo quelque part je pense… Mais où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Betting on future   

Revenir en haut Aller en bas
 

Betting on future

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» kimitori, la future mangaka
» Scratch Built - Future Wars
» Haiti must decide Haiti's future
» Top50 des meilleurs prospects 2008-2009 selon Hockey Future!!
» P'tite question d'une future élève (;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Salem's Snow :: Salem :: Tuna :: The Mordant Liquor of Tears-